Sexe Cam

Histoire de sexe jeune fille nue sexe

histoire de sexe jeune fille nue sexe

On aurait pu entendre voler une mouche. La tension se relâcha dans la classe. Venez devant la classe. D'un pas hésitant l'adolescente grimpa les marches de l'estrade. Nous allons régler nos affaires entre nous, à moins que vous souhaitez plutôt voir la Directrice?

Pauline acquiesça un non de la tête, vaux mieux choisir le moindre mal. Car la Directrice était vraiment féroce. Bien que les jeunes filles étaient habituées à beaucoup de choses, la prof dut répéter son ordre trois fois avant que Pauline ne saisisse sa jupe d'une main qui tremblait légèrement. Une sage culotte blanche apparut, moulant joliment le renflement du sexe. Elle était affreusement gênée.

Dans la classe tous les yeux étaient rivés au triangle blanc. Pauline ouvrit la bouche, abasourdie. Elle hésita, les larmes aux yeux, et lançait un regard suppliant vers la jeune femme. La prof fit comme si elle ne voyait pas la panique de l'adolescente. C'était une menace à peine dissimulée. La peur de la Directrice se disputa à la honte.

Pauline se mordit la lèvre inférieure et se décida. Mieux vaut un court moment de honte qu'une interminable séance chez la Directrice.

Elle ferma les yeux pour ne plus voir le regard excité de la classe et d'un mouvement rageur agrippa la ceinture élastique de son slip. Après une dernière hésitation elle baissa le vêtement jusqu'à mi-cuisses, exposant la toison de son sexe à toute la classe.

Il y eut un léger brouhaha, aussitôt coupé net par un regard de la prof. Et écartez les genoux, qu'elle ne tombe pas par terre. Pauline ne s'était jamais sentie si humiliée. Quelques ricanements discrets de la part de ses copines, ajoutèrent à sa honte. Elle baissa le vêtement jusqu'à ce qu'il se trouve à hauteur de ses genoux. Morte de honte elle tenta d'oublier que toute la classe la regardait.

En dessous du triangle de poils blonds, les lèvres intimes dépassaient, un peu comme si le sexe tirait la langue. Et gardez-les comme ça! La pauvre Pauline pleurait en silence et tremblait. Elle avait toujours su que tôt au tard elle aussi aurait droit à une punition, mais comme elle avait pu y échapper jusqu'à présent, elle avait fini par croire qu'elle était intouchable. Elle entendit la prof farfouiller dans son tiroir, et ne pu s'empêcher d'ouvrir les yeux. La prof avait sorti un petit pot en verre et un paquet de protège-slips sur ce bureau recouvert de livres et de cours.

Dès que la prof eut ouvert le pot de crème, une forte odeur se répandit. Pauline mit quelques secondes à identifier le produit, sa mère lui en mettait parfois sous le nez avant d'aller dormir, quand elle était enrhumée Du baume du tigre. L'odeur puissante dégageait rapidement le nez bouché, lui permettant de mieux dormir. La prof sortit un protège-slip du paquet. Qu'est-ce qu'elle lui réservait donc?

Fascinée, elle la vit étaler une couche de Baume sur la face intérieure du protège-slip. Pauline venait de comprendre la punition que la jeune femme allait lui infliger et fit non de la tête. Elle connaissait la chaleur que dégageait cette pommade odorante. Oubliant qu'elle se trouvait devant la classe avec le ventre dénudé, elle dansait de l'un pied à l'autre, comme si elle sentait déjà la brûlure. Ne dites pas que je ne vous avais pas avertie.

La jeune prof se pencha vers le ventre de Pauline, le protège-slip enduit de Baume dans sa main droite. Pauline ferma les yeux, se mordant la lèvre pour ne pas hurler de terreur. Elle sentit les mains de la prof frôler l'intérieur des ses cuisses, puis une sensation gluante et froide sur son intimité. La prof appliqua avec soin le protège-slip sur la vulve et poussa vers le haut pour que le Baume du Tigre fasse bien contact avec le sexe et l'anus de l'adolescente.

Puis elle retira la languette siliconée qui protégeait la colle du protège-slip et remonta la culotte. Elle la mit en place, laissant dépasser les deux petites pattes du protège-slip. De cette façon la jeune fille pouvait bouger comme elle voulait, le protège-slip resterait parfaitement en place. La sensation de froid avait donné la chair de poule à Pauline. Elle était malgré tout confusément soulagée qu'on lui avait remis sa culotte.

La prof ouvrit à nouveau son tiroir et en sortit un objet de couleur rose. C'était une culotte en caoutchouc munie de larges élastiques à la taille et aux ouvertures pour les jambes.

La pauvre jeune fille la regardait faire sans bien comprendre. La prof tint la culotte ouverte. La jeune fille hésita, puis machinalement, leva l'un pied puis l'autre, et frissonna quand le caoutchouc froid glissa le long de ses jambes. Pauline se pencha pour se regarder et se remit à pleurer, la culotte en caoutchouc lui donna l'air d'un bébé ridicule.

Elle n'eut pas le temps de s'apitoyer, la sensation de froid entre ses jambes faisait rapidement place à une chaleur moite qui devenait de plus en plus désagréable. Instinctivement ses mains filèrent entre ses jambes. Le caoutchouc froid lui rappela qu'elle était étanche, que son sexe était totalement inaccessible. Elle appuya fort pour tenter de se défaire de cette sensation affreuse.

Le reste de la journée passa trop lentement. Il était bien dix heures du soir. Ce ne fut pas son répondeur qui se déclencha. La sonnerie retentit trois fois et on décrocha. Mais entendre sa douce voix me fit bander très fort. Mon sexe se gorgea de sang et malgré tous mes efforts je ne pus retenir ma jouissance. Mon sperme gicla en longues saccades pour se répandre sur le tableau de bord et mes vêtements.

Ma fille est restée chez ma s? Elle devait arriver vers 14 heures. La laisser se déshabiller? Le temps était radieux. Il était 14 heures. A tel point que nous nous sommes fait la bise comme deux amis. Ses longs cheveux noirs étaient noués par un n?

Elle portait des escarpins noirs, une jupe fluide plissée avec des motifs fleuris rouges et blancs arrivant au dessus du genou, une veste cintrée rouge fermée sur un chemisier en soie blanche. Quelques bijoux dorés agrémentaient son front et ses poignets. Je croisais les jambes pour ne pas montrer la marque de cette émotion sur mon pantalon.

Portait elle un soutien gorge? Si non, voyait-on ses aréoles à travers le chemisier? Et comment était sa culotte? Elle opina de la tête en souriant. Elle redressa le buste la poitrine en avant. Son sein lourd gonflait le léger tissu blanc et soyeux En effet, par transparence, on apercevait à peine deux taches larges et sombres au sommet des mamelons. Ceux-ci formaient deux jolies protubérances. Ma verge me faisait mal car elle prit encore une taille de plus dans mon slip.

Elle ne répondit rien sinon encore un sourire. Un téton se dressa. Je me suis mis à le palper doucement. Ils étaient bien fermes, voire durs ces beaux seins là.

Puis je glissais un doigt entre deux boutons du chemisier pour toucher la peau satinée de son sein. Son mamelon formait comme une petite colline toute ronde au sommet de son mont de chair rose.

Je suis resté en extase de très longues secondes devant cette perfection de la nature. Son téton bandait on ne peut plus, gros, si gros. Je le pris doucement entre deux doigts pour le faire rouler. Elle laissa échapper une plainte lascive. Elle avait les yeux fermés, la tête renversée sur le dossier du canapé, les lèvres entrouvertes sur de petites quenottes bien blanches. Je me suis dit, sois patient, fais monter son plaisir doucement.

Sa main fouillait ma chevelure. Mais ma décision était: Après tout ce temps, je me suis rassis pour la contempler.

Je découvrais un nouveau visage, toujours aussi angélique, mais avec les marques du désir. Ses deux bouts de sein luisait de ma salive. Je repliais la jupe sur sa taille. Une culotte en satin blanc ornait son bas ventre. Plié en deux, je me mis à laper le satin sur sa fente. Je prenais autant de précaution que pour sa poitrine.

Excepté le fait que lorsque ma langue passait sur un endroit précis, ses plaintes se transformaient en petits cris de plaisir. Le satin collait à sa fente mouillé par son jus et ma salive. Une fente rose foncé avec des lèvres fines. Mais ce qui me surpris le plus fut la vision de son clitoris tout gonflé et blanchâtre.

Mes souvenirs mes revinrent. Tout le jeu consista à passer ma langue autour des lèvres, sur les lèvres, entre ses lèvres en évitant soigneusement son bouton. Elle me supplia de la faire jouir. Tout son corps était abandonné, elle était tout à son plaisir, offerte. Ses main ont saisi ma tête pour me plaquer contre elle.

Son corps se souleva et elle partit dans une longue et dernière plainte qui venait du plus profond de son corps. Je la regardais, presque inerte, sa poitrine se gonflant au rythme de profondes respirations, le sourire aux lèvres, le visage rayonnant.

Je lui palpais les deux poires presque sans ménagement. Et je me suis fais plaisir aussi bien physiquement que mentalement en me masturbant devant elle. Elle se dressa au bord du canapé. Je pris mon sexe à pleine main et le dirigeai vers les deux globes tendus.

Je fis coulisser la peau sur ma hampe de plus en plus vite. En même temps, elle pétrissait doucement mes couilles avec ses doigts fins.

Je ressentais ce plaisir intense me tenailler le ventre et qui montait. Je retenais au maximum mon plaisir. Je me branlais fort en criant mon rut. Sa langue vint recueillir les dernières gouttes de sperme sur mon gland. Nous sommes restés sans rien dire une heure allongés sur le canapé..

Elle avait sa tête sur ma poitrine, je lui caressais les cheveux. Je me suis levé sans la réveiller pour aller prendre une douche. Ca me rendait tout aussi joyeux. Il fallait la respecter. Seulement voilà, une phrase revenait sans cesse: Il ne fallait pas me dire des choses comme ça. Quelle douce sensation de sentir et de voir sa queue se gonfler peu à peu. Elle apparut vêtue simplement de son chemisier à peine boutonné.

Je ne lui laissais pas le temps de répondre et lui présentais son café.

.

Sex entre femme et animal le sexe kaley cuoco


histoire de sexe jeune fille nue sexe

.


Bobine de sexe reference du sexe

  • La situation l'avait complètement étourdie, elle se sentait flotter et avait même envie de se laisser aller finalement, ses préjugés commençaient à s'effriter sous les caresses de Yasmine. Elle était très naïve pour croire que si je ne répondais pas c'était que je dormais.
  • CHATTE SEX VOIR DES VIDÉOS DE SEXE
  • Film arabe sex sex video reallifecam
  • L'Institut de jeunes filles La prof de l'institut de jeunes filles annonce le résultat d'un contrôle de fin de trimestre: Elle sentait aussi son dos se tremper et ses aisselles ruisselaient.
  • 590