Sexe Cam

Histoire sexe soeur le sexe serre

histoire sexe soeur le sexe serre

N'hésitez pas à vous inscrire, c'est gratuit et rapide, passez par le formulaire! Elle avait la poitrine et des hanches superbes et ressemblait énormément à sa mère. Elle me rappelait sans cesse les folles jouissances que j'avais éprouvées avec notre mère et ça me rendais fou de luxure.

J'avais pris l'habitude le soir de la prendre sur mes genoux et de lui raconter des souvenirs de guerre tout en l'embrassant et jouant avec elle. Je la complimentais un soir sur la fermeté de sa poitrine lui disant qu'elle n'avait nul besoin de soutien-gorge pour soutenir ses admirables seins qui promettaient de faire tourner bien des têtes. Elle se met à rire et me dit de toucher pour se rendre compte de leurs fermetés par moi-même, sous mes caresses, ses tétons se mettent à durcir et je la complimente pour son buste d'albâtre, mes doigts s'égarent de plus en plus bas et caressent son ventre bombé, après un moment de rebuffade et sous mes mots élogieux elle se laisse faire très flattée.

De fil en aiguille, je lui caresse les cuisses et finis par lui tâter et branler sa fente virginale. Et ce qui devait arriver arriva. Quelque temps après elle s'est enhardie et a voulu elle aussi connaître mon sexe. Lucie m'aide à me déshabiller et regarde avec amour mon phallus érigé et après une brève hésitation pose ses deux mains sur ma queue et la caresse sur toute sa longueur. Ses yeux se sont fixés dans les miens.

Son esprit disjoncte, elle ne pense plus qu'à ma bite à quelques centimètres de son visage. Elle ne peux quitter des yeux la grosse tête bulbeuse de cette queue massive qui se tient devant elle. Elle fait courir timidement sa main sur toute la longueur de cet incroyable chibre de 20 cm. Sa main est en train de le branler, sentant ses veines palpiter à travers ses doigt. Elle continue donc à branler doucement mon pénis dressé pendant près de dix minutes. Il est devenu d'une dureté ferrugineuse.

Comprenant aux mouvements saccadés et aux gémissements que je pousse, que j'approche de l'orgasme libérateur, Lucie accélère alors approchant sa bouche et absorbant mon gland. Ces deux caresses simultanées m'amenant à l'extase finale.

Sous ses voluptueuses caresses, je sens que je ne vais pas pouvoir retenir ma jouissance plus longtemps et je crie dans un dernier sursaut Dans un grognement inhumain où se mêlent plaisir et crainte, en proie à une jouissance phénoménale je décharge à longs jets dans la cavité buccale de Lucie. Surprise, Lucie a refermé ses lèvres autour de la collerette du gland, ne gardant en bouche que le bourgeon de chair. Lorsque le premier jet de sperme onctueux lui frappe le palais, elle bloque sa déglutition afin de garder en bouche cette semence tant désirée.

Un second jet aussi copieux que le premier jaillit de mon pal, et un troisième puis un quatrième. Le sperme encore fluide s'agglutine au fond de son gosier. Elle fait des efforts pour ne pas avaler immédiatement ce nectar qui lui emplit les joues. Les jaillissements suivants perdent enfin de leur force s'écoulant mollement du gland assagi, remplissant complètement sa bouche.

Lucie me retrouve dans ma chambre, elle est complètement nue, elle est comme une folle attendant de perdre sa virginité et me dévêtit en un rien de temps pour attraper l'objet de son désir.

Elle se redresse et promène ma queue sur ses grandes lèvres plusieurs fois avant de présenter mon gland à l'entrée de sa chatte, branle doucement mon mandrin qui augmente encore de volume. Tout en douceur je fais pénétrer avec difficulté mon gland trigonocéphale dans son sexe vierge et si étroit et bute sur son hymen, elle ajoute complètement exaltée:.

Après une pause pendant quelques instants afin de lui permettre de récupérer du choc de ma perforation, je commence doucement un lent va-et-vient dans un sexe ultra serré sans m'introduire plus loin.

Je n'ai jamais connu de chatte si étroite. Je continue ma poussée avec douceur centimètre par centimètre. Je sens sa chatte compresser ma queue et elle crie:. Elle penche sa tête vers le bas de mon corps et regarde sa chatte arrivée au gland, elle renfile tout aussi lentement ma queue dans son tunnel:. Puis elle s'arrête de parler et se concentre sur ma bite dans son vagin.

Elle avance et recule son pubis, elle entame un mouvement de rotation sur mon pieu. Quelques minutes plus tard Lucie connait son 1er orgasme:. Et elle prend mes lèvres pour un baiser hallucinant. D'énormes quantités de sperme giclent et frappent les parois internes de son sexe au plus profond de sa matrice.

Je gicle et me répands, inondant sa chatte avec une crème chaude et bienfaisante, et d'un effort surhumain j'arrache ma bite de son fourreau en feu et la jette sur le lit et continue de gicler. Je regarde les jets épais et lourds de mon sperme atterrir sur sa chatte, son ventre et ses seins.

L'extérieur de sa chatte est couvert de ma semence et elle se vide à chaque contraction incontrôlable de son vagin du trop plein de jus.

Je l'initiais en peu de temps à tous les raffinements de la volupté et finit également 2 ans plus tard par lui faire un enfant.

La connivence est réelle, je constate que les couples s'embrassent et se caressent, tout en se dévêtant mutuellement.

Nues, je découvre que Isa la brune a les poils sombre de son sexe bien taillés en ticket de métro tandis que Véro blonde comme Nat à le pubis garnis de poils blonds et frisés, leurs jolies poitrines, je les connais, puisqu'en vacances elles ne portaient qu'un monokini. Nous les hommes exposons fièrement nos érections, je constate que Robert a un sexe long et mince, celui de Georges, que je connais est très semblable au mien, nous sommes plutôt bien membré, comme on dit.

Pour se mettre dans l'ambiance, pour la première fois de leur existence, Isa et Georges ainsi que Véro et Robert, se caressent et s'embrassent sexuellement devant les autres. Nous en avons nous plus l'habitude et tout en nous branlant mutuellement regardons les deux couples enlacés. Isa, jambes écartées se fait déjà brouter le minou par son homme, tandis qu'à l'inverse, Véro est a genoux devant Robert et lui fait une pipe.

Ce que décide aussi mon épouse en s'agenouillant à mes pieds. Avec un sourire mon épouse lui tend l'objet convoité que Véro avale tout de go.

Georges et mon épouse se retrouvent ensemble, ce qui ne leur déplais certes pas. Après avoir profité de sa fellation, j'allonge ma partenaire sur le moelleux tapis du salon, choisi il est vrai pour permettre d'y baiser confortablement. Glissant ma tête entre ses cuisses je goutte à sa fente. Elle a repris ma queue entre ses lèvres et c'est en 69, alors que je lui suce son clito et la masturbe, qu'elle jouit une première fois. Je bascule pour changer de position et en même temps jette un regard vers les autres.

Je vois que Georges à pris Nat en levrette, lui caressant les tétons, il sait qu'elle aime se faire prendre de cette manière! Quant à Robert, ayant relevé les jambes d'Isa sur ses épaules, il la baise à fond. M'allongeant entre les jambes de Véro, je caresse sa fente avec mon gland, mais elle est plus pressée que moi et saisi mon membre avec sa main pour l'introduire dans sa chatte. Je m'enfonce en elle, je sens son vagin se resserrer sur moi.

Je glisse mes mains sous ses fesses, j'en profite pour attaquer d'un doigt son cul, et commence à la baiser, elle couine de bonheur. Elle jouit, je bascule uns de ses jambes par dessus moi pour la prendre par derrière. Les halètements de plus en plus fréquents et forts de Véro sont ponctués par mes râlements de plaisir lorsque je me répand au fond de son vagin, provocant un nouvel orgasme à ma partenaire.

A entendre les différents bruits émis par autres, je comprends que nous en sommes tous au même stade des plaisirs. Je reconnais les cris de plaisir de ma femme et les grognements de bonheur de Georges quand il éjacule dans la fente de ma femme.

Après ce premier round, nous sommes allongés les uns à côté des autres, les hommes ont à peine débandé. Isa se rapproche de moi et me dit:. Véro elle préfère une branlette à deux mains qui englobe les bourses de Georges. Si Georges et moi prenons en début de partie nos amantes en missionnaire classique, Robert lui se laisse monter par Nat, une amazone experte.

Une pli marque son front, comme si elle se concentrait vers son plaisir, ses jambes se sont nouées sur mes reins, ses hanches viennent à la rencontre de ma bite, ses seins sont agités de tremblements, ses lèvres serrées, elle vient au plaisir, en secousses successives qui font vibrer son corps, dans un feulement suivi de l'expression de son plaisir dans ce vocabulaire si étonnant dans la bouche d'Isa.

Après avoir jouit, elle me fait basculer pour à son tour s'empaler sur un pieu bien dressé et repartir à la recherche d'un nouvel orgasme, montant et descendant sur mon phallus érigé. Georges et Robert, eux renversent leur compagne sexuelle, pour les prendre en levrette. Je vois la belle tige bien droite de Robert aller et venir dans la fente de mon épouse avant de changer d'étui pour l'enculer.

Le mandrin de Georges fait feuler Véro par ses coups de boutoir. Il appuie et progresse lentement. J'ai l'impression qu'elle n'a pas l'habitude d'être sodomisée. Un petit cri de douleur s'entend au moment ou il s'enfonce en elle, mais elle ne le refuse pas, elle accepte ce sexe qui écarte son cul pour entrer lentement, toujours plus loin.

Véro commence à osciller des hanches, allant vers le plaisir qui vient, Georges commence son va-et-vient dans ses reins, lentement au début, plus vite ensuite. Véro exprime son plaisir, par des Oh! Le couple suivant qui jouit de concert, c'est Nat et Robert, je le vois, accroché au hanches de sa partenaire, brusquement se figer pour dans un souffle rauque décharger son foutre tout au fond du cul de mon épouse qui mêle ses cris de plaisir aux siens.

Elle ne se fait pas prier, elle veut connaître cette expérience. Une fois empalée, elle ondule du bassin. Le phallus de Robert étant plus fin, la pénétration est facilitée après le passage de Georges.

Maintenant Véro sent ces deux pénis en elle. Une fine paroi entre son anus et son vagin permet aux deux hommes de se sentir. Elle prend un plaisir qu'elle ne connaît pas à sentir ces deux membre alterner leur mouvement en elle, elle atteint un orgasme encore plus puissant que ce quelle à connu avant.

Les deux hommes sont prêt à jouir, ils se retirent sur le point d'éjaculer et offre leur membre à la bouche de leur partenaire. Pendant ce temps, mus par l'envie, de se réunir au couple que Isa et moi formons, Nat nous rejoint. J'attire ma femme au-dessus de ma bouche pour lécher son clito et sa fente d'où s'écoule sa cyprine mélangée au sperme de ses précédents amants.

Isa qui se trémousse toujours sur ma verge jouit une nouvelle fois en exprimant son bonheur dans le langage châtié qui ne nous surprend plus maintenant. Je ne sais pas si c'est son vocabulaire, ou sa demande pressente mais je m'exécute en lâchant plusieurs salves au fond de sa grotte. Ma langue et mes succions sur son bouton d'amour, arrache au même moment des cris de jouissance à mon épouse. Tout les participants de cette orgie inattendue sont une nouvelle fois étendu sur le tapis.

Je propose cette fois une interruption gustative d'une nouvelle bouteille de vin. Les couples légitimes se retrouvent et heureux, s'embrassent pour se remercier mutuellement du plaisir qu'ils ont pus vivre sans jalousie, pour le seul plaisir des sens. C'est en couple légitime que nous faisons une dernière fois l'amour. Isa jouit dans les bras de Georges, Véro trouve son plaisir baisée par Robert et Nat en levrette avec moi. Je propose, la nuit étant déjà bien avancée d'aller se coucher.

Seul problème, nous n'avons que deux chambres, notre lit et celui de la chambre d'amis. Les lits sont large et permettent d'y dormir confortablement à trois. Je propose que les hommes occupent l'un et les femmes l'autre. Dès que nous sommes à trois, dans la chambre d'amis, Isa allongée entre nous, interpelle son mari.

Disant cela, elle s'empare de nos sexes et les caresses pour les faire redevenir utiles. Elle embrasse tour à tour son mari et moi, puis nous rassemble pour un baiser triangulaire. Nos mains ne sont pas restées inactives et caresses sont superbe corps à nouveau tendu vers les plaisirs.

L'autre fois, c'était à Washington, un homme politique influant, m'a fait comprendre que cela m'aiderait dans mes négociations si je l'accompagnai chez lui. Je ne l'ai pas regretté, il était bien monté et m'a fait jouir à répétition. Il à jouit dans ma bouche, giclé dans mon con et à encore réussi à ce vider une dernière fois entre mes fesses.

Ce que je ne savais pas, c'est que son secrétaire assistait à nos ébats et qu'il allait prendre le relais. Il était tout aussi bien équipé que son patron. Sans m'en demander vraiment l'autorisation, il a recommencer à me baiser et à me sodomiser, je n'avais jamais jouis autant de fois à la suite, c'était tellement bon que je crois que c'est moi qui en redemandais!

A ce moment, elle m'attire de manière à gober mon sexe. Si elle ne peut rien dire, ses couinements et ses mouvements sur le phallus de Georges ne peuvent que confirmer le plaisir qu'elle prend. Quand je sens que ses muscles se détendes, je présente mon gland et doucement l'introduis, je sent la verge de mon ami au travers de la mince cloison de chaire.

Lorsque le gland est accepté, j'avance jusqu'à ce que mes testicules viennent butter ses fesses et les couilles de Georges. Nos va-et-viens alternés débutent, très vite elle jouit. Elle gémit à présent de plus en plus fort. Nous également pris dans le flot du plaisir nous ahanons. Mon sexe serré dans son écrin moite, ne peut plus tenir et finit par exploser en même temps que Georges. Nous la rejoignons dans des râles de plaisir et giclons le reste de notre foutre Georges dans son vagin et moi dans son cul.

Là, Georges et moi sommes un peu hors de combat, et nous réfugions dans le sommeil. Lui se contente de les masturber, une main entre les cuisses de chacune, deux doigts dans leur chatte et un doigt dans leur fondement. Lorsqu'elles ont trouver une nouvelle fois le plaisir, il s'abandonne entre leurs lèvres.

Leurs langues nettoie sa verge sur toute sa longueur. La aussi après ce dernier sursaut de vigueur, tous s'endorment. Ce n'est qu'en fin de matinée que les uns après les autres nous émergeons du sommeil. Georges et moi faisons un bisou à Isa pour la réveiller en douceur. Comme elle ne faisait plus que semblant de dormir, le bisou se transforme en câlin et les langues se mêlent, les phallus se redressent.

C'est à ce moment que la porte de la chambre s'ouvre et que Nat entre. Cela m'a rappelé que pendant notre adolescence nous nous embrassions et nous nous caressions pour anticiper le plaisir que nous pourrions avoir avec un garçon. Georges et moi assistons à un baiser profond entre Isa et Nat. Nous nous caressons la verge en les regardant.

Bientôt leur corps se mêlent, leurs mains se cherchent, elles se pelotent les seins puis une main se glisse entre les cuisses de l'autre pour une branlette partagée.

Excité par le spectacle qu'elles nous offrent, nous avons échangé nos mains, Georges et moi nous nous branlons réciproquement. Leurs bouches étant collées l'une à l'autre, nous n'entendons pas leur plaisir mais a voir les mouvements de leurs corps, sans aucun doute elles ont jouit. Elle l'allonge et glisse sa tête entre ses cuisses, celle-ci ayant compris le message fait de même et voilà nos deux amazones en Je me retourne pour tout en offrant ma verge à mon ami me mettre face à la sienne et la gober.

Nous voilà a quatre en 69 les femmes d'un côté et les hommes de l'autre. Dans chacun des duos, en plus des succions buccales, les mains caressent, branlent les sexes et les culs.

..

Sexe japonais sexe pompier

Tous les jours, je prenais ma voiture et allais jusqu'au port faire des tours en bateau, je ne mis pas longtemps à me faire des copains de mon âge. Un jour Christian me dit: On se dit bonjour, ils montent à bord et nous voilà parti. Nous voilà parti tous les deux en mer, nous regardons un moment les lumières du port et des bateaux, puis elle me dit vouloir se baigner et se met nue et plouf! Elle remonte sur le bateau et me dit: Je ne me le fais pas dire deux fois, ses yeux sont rivés sur mon sexe en érection.

Allongés sur le lit, elle me prend dans sa bouche mais elle avait beaucoup de difficultés pour me prendre et me sucer comme il faut, elle me demanda de lui faire pareil, ce que je fis avec plaisir et suivant ses conseils, de son clitoris à son anus je léchais toute sa moule baveuse, prenant de grandes goulées de son jus intime, je lui pelotais les seins et les lui mangeais comme elle me demandait. Elle se mit sur le dos, les jambes repliées et les pieds sur mes épaules et guida mon sexe en elle.

Elle ne mit pas longtemps à me faire reprendre vigueur, de sa bouche et des mains expertes, je la repris longuement dans sa fente, la faisant jouir plusieurs fois mais bien moins que la première, puis elle se mit en levrette la tête dans les draps et écarta ses fesses de ses deux mains. Je la pris encore deux fois dans sa chatte et lui joui une fois dans la bouche car elle voulait goûter mon sperme. Elle venait souvent me rendre visite, bien sûr en cachette de son mari, nous en avons passé des nuits incroyables tous les deux.

Un second jet aussi copieux que le premier jaillit de mon pal, et un troisième puis un quatrième. Le sperme encore fluide s'agglutine au fond de son gosier. Elle fait des efforts pour ne pas avaler immédiatement ce nectar qui lui emplit les joues. Les jaillissements suivants perdent enfin de leur force s'écoulant mollement du gland assagi, remplissant complètement sa bouche.

Lucie me retrouve dans ma chambre, elle est complètement nue, elle est comme une folle attendant de perdre sa virginité et me dévêtit en un rien de temps pour attraper l'objet de son désir. Elle se redresse et promène ma queue sur ses grandes lèvres plusieurs fois avant de présenter mon gland à l'entrée de sa chatte, branle doucement mon mandrin qui augmente encore de volume.

Tout en douceur je fais pénétrer avec difficulté mon gland trigonocéphale dans son sexe vierge et si étroit et bute sur son hymen, elle ajoute complètement exaltée:. Après une pause pendant quelques instants afin de lui permettre de récupérer du choc de ma perforation, je commence doucement un lent va-et-vient dans un sexe ultra serré sans m'introduire plus loin.

Je n'ai jamais connu de chatte si étroite. Je continue ma poussée avec douceur centimètre par centimètre. Je sens sa chatte compresser ma queue et elle crie:. Elle penche sa tête vers le bas de mon corps et regarde sa chatte arrivée au gland, elle renfile tout aussi lentement ma queue dans son tunnel:. Puis elle s'arrête de parler et se concentre sur ma bite dans son vagin. Elle avance et recule son pubis, elle entame un mouvement de rotation sur mon pieu.

Quelques minutes plus tard Lucie connait son 1er orgasme:. Et elle prend mes lèvres pour un baiser hallucinant. D'énormes quantités de sperme giclent et frappent les parois internes de son sexe au plus profond de sa matrice. Je gicle et me répands, inondant sa chatte avec une crème chaude et bienfaisante, et d'un effort surhumain j'arrache ma bite de son fourreau en feu et la jette sur le lit et continue de gicler.

Je regarde les jets épais et lourds de mon sperme atterrir sur sa chatte, son ventre et ses seins. L'extérieur de sa chatte est couvert de ma semence et elle se vide à chaque contraction incontrôlable de son vagin du trop plein de jus.

Je l'initiais en peu de temps à tous les raffinements de la volupté et finit également 2 ans plus tard par lui faire un enfant. Elle me dissimula le plus longtemps possible sa grossesse si bien que sous prétexte d'aller faire visite à des parents éloignés, je la conduisis chez une accoucheuse jusqu'à sa délivrance et elle ne revint que quelques mois plus tard avec une adorable petite fille.

Me garder connecté Mot de passe oublié. Authentification requise Afin de profiter de cette fonctionnalité, vous devez disposer d'un compte valide et être authentifier. Oh mon Dieu mon frère, ta bite est si douce et pourtant si dure, elle est belle! Tu veux la caresser? Elle prend ma hampe fièrement au garde à vous.

Tu as un sacré engin Elle est d'une telle épaisseur. Tu as une queue magnifique! Et ne peut retenir sa main, qui s'approche de ma virilité brandie et entoure cette belle colonne de chair. Je gémis sous la caresse. Elle astique doucement mon mandrin qui augmente encore de volume. Elle avale tout et s'exclame: Je ne croyais pas qu'on éprouvait un tel plaisir!

Ooooooh, que c'est bon de sentir ta bite cracher dans ma bouche. Après cette première découverte, je lui fais découvrir l'amour et la déflore dès le lendemain. Prend-moi, Julien, s'il te plait baise-moi maintenant et fait moi femme avec ta belle bite si dure, si grosse!

Vas-y, enfonce toi, déchire mon hymen, Je veux sentir ta grosse queue me perforer les chairs et s'engouffrer en entier au fond de moi! Je suis prête au sacrifice! Tout en douceur je fais pénétrer avec difficulté mon gland trigonocéphale dans son sexe vierge et si étroit et bute sur son hymen, elle ajoute complètement exaltée: Baise-moi, fait de moi une femme! Malgré mon baiser Lucie hurle quand ma queue déchire sa virginité et écartèle ses chairs.

Ta bite est trop dure!



histoire sexe soeur le sexe serre

.



Le sexe de lesbiennes sexe entre femmes


Moi qui bande comme un phoque pendant la nuit, Je suis cette fois dans de salles draps … Bon! Je passe sur les détailles du repas. Arrive le moment de se coucher. Elle me raconta tout ce qui lui passait par la tête, pendant un bon moment.

Elle, me suçant goulûment. Moi, éjaculant dans son gosier. Que je suis le premier à lui faire cela. Je ne pus faire autrement.

Elle sentit la dureté de ma verge. Je crois que cette petite salope était autant excitée que moi. Sans doute prit elle cela pour un empressement de ma par! Là encore je la laissais faire. Je regrette même de ne pas avoir une plus grande, de pouvoir aller au plus profond de ses entrailles. Salope, petite pute, vicieuse, à chaque insulte elle me répond par un couinement de plaisir. Mais ma petit salope de soeur, a encore quelque chose à dire…. Elle me répondit tout simplement que nous sommes une famille de vicieux.

Elle me posa une dernière question as tu déja vu maman se masturber? Leonid 25 octobre 14 h 35 min. Normand Guerin 4 janvier 9 h 17 min. Jack 14 juin 23 h 03 min. Récits érotiques et histoires intimes. Nous admirions la vue magnifique qui s'offrait à nous. Nous nous mîmes à l'abri d'un rocher, pour ne pas attraper froid. Le vent frais nous frappait le visage et les jambes, et nous nous affalâmes sur l'herbe rase.

Elle fouilla dans son sac à dos et s'esclaffa: Non, je refuse, tant pis pour moi Je la pris par les épaules, pour qu'elle se serre encore plus près et pour me donner plus de chaleur. Elle m'enserra la poitrine en m'étreigant très fort. Au bout de cinq minutes elle déclara: Nos visages étaient tout près l'un de l'autre et en me tourant vers elle, je lui donne un bisou sur la bouche, puis un deuxième, un troisième Nos bouches s'entrouvrèrent et nos langues se mêlèrent.

Notre fièvre monta et nos mains se déplacèrent sur notre corps. Avec précipitation, je glissais mes mains sur sa poitrine, relevant le soutien gorge qui me gênait, et caressant ses seins gonflés aux bouts tendus. Elle gémissait de plaisir, et se donnait à fond. Sa bouche chaude et son souffle m'ennivrait, son corps brûlant palpitait sous mes mains. Nous nous couchâmes sur l'herbe, et j'entrepris, tout en continuant à l'embrasser, de défaire son bouton de pantalon.

Celui-ci sauta rapidement, et je baissais la fermeture de son zip. Ma main glissa directement dans sa culotte en dentelle et j'atteignis aussitôt sa chatte inondée. Mes doigts glissaient entre ses lèvres enduites de son nectar poisseux ô combien merveilleux A chaque mouvement, elle lâchait des petits cris de jouissance, m'excitant davantage.

Nous n'avions plus froid, au contraire, il nous semblait, qu'il faisait chaud. Collée à moi, elle souleva son bassin pour que je finisse de baisser son pantalon, entrainant la culotte en même temps. Allongée, complètement offerte à moi, les jambes écartées, son sexe ouvert , luisant de cyprine débordante, n'y tenant plus, je soulevais chemise et pull, dénudant un peu plus ce corps magnifique, et tout en la caressant, je me mis à lècher cette chatte onctueuse ave délice et gourmandise.

Aspirant chacune de ses lèvres avalant le liquide dégoulinant, j'allais titiller son petit bouton dressé avec ma langue. A cette caresse buccale, elle hurla. Son corps gesticulait dans tous les sens, à tel point que j'avais du mal à garder le contact avec son clitoris. Puis elle tendit son corps, comme électrisée et dans un hurlement elle déchargea un flot de mouille délicieux, elle venait d'atteindre un orgasme teriblement violent.

Je continuais à lècher très doucement sa vulve, son clitoris et son vagin que j'allais fouiller, jusqu'à ce qu'elle se calme Une fois refroidi, pour ne pas attraper froid, je l'aidais à se rehabiller. Epuisée, les bras balants, elle s'adossa au rocher près de nous, et avec un petit sourire de satisfaction elle me regardait.

Après avoir repris sa respiration et ses esprits, elle rampa, et vint s'allonger sur moi et plongea sa langue dans ma bouche, comme si elle voulait reprendre le jus que je lui avais volé. D'une main, elle entrepris de défaire ma ceinture et de baisser la fermeure de mon pantalon.

Puis se laissant glisser comme un serpent, et atteignit mon sexe, qu'elle observa quelques secondes et finit par décalotter délicatement et se mit à le lècher, d'abord sur le bout, dégustant ce liquide sortant du méat, puis avec le plat de sa langue lècha ma tige sur toute sa longueur.

De la pointe de cette langue elle titilla mon frein sensible, et finit par gober mon gland chaud et tendu. Avec beaucoup de salive, elle me pompa délicieusement, caressant mes boules en même temps. Revenant sur ma tige, avalant chacune de mes boules, puis reprenant mon bout. Elle prenait tout son temps. Malgré tous mes efforts, je ne pus empêcher la sève de monter.

histoire sexe soeur le sexe serre

Facial sexe sexe camera cachee


histoire sexe soeur le sexe serre