Sexe Cam

Recits de sexe sexe degeulasse

recits de sexe sexe degeulasse

Force sexe annonce sexe marseille


recits de sexe sexe degeulasse

Il arrive qu'une seule expérience sexuelle bouleverse nos principes, nos craintes, nos habitudes et nous fasse découvrir de nouveaux horizons. Des histoires de sexe qui ne vont pas vous laisser indifferenté: Des femmes nous racontent en toute sincérité leur déclic sexuel! Certes, ce ne sont pas des histoires d'amour, mais des histoires de sexe. Et pourtant elles sont tout aussi inoubliables car elles ont transformé les femmes qui le sont vécues Avec un homme de 20 ans mon aîné Je l'ai rencontré à l'anniversaire d'une copine, c'était son boss.

Il était très sexy, le genre homme mûr avec les tempes grisonnantes à la Clooney. Quand il m'a proposé de me raccompagner, je me suis sentie flattée, j'ai accepté, et une fois en bas de mon immeuble je l'ai invité à monter. Evidemment, on a couché ensemble, et là, j'ai découvert ce que c'était que faire l'amour.

Un homme avec de l'expérience, qui connaît les femmes, sait les caresser, ça change tout. Rien à voir avec mes amants précédents, toujours trop pressés, trop brusques, maladroits. Depuis ce jour, je suis beaucoup plus exigente au lit! Alice, 32 ans, architecte Avec une fille Le jour où j'ai couché avec une fille!

Brune, un corps de déesse, de l'humour Cependant, la vodka aidant, je l'ai laissée faire et je me suis finalement réveillée le lendemain matin dans son lit, heureuse et sereine. Marina, 23 ans, étudiante en lettres modernes Trop frivole Comme chaque année, j'assiste à un festival de musique avec des amis.

Ambiance festive, tout le monde parle avec tout le monde, on se fait des copains: Assez rapidement , je flirte avec un gars que je viens de rencontrer. Le lendemain, je me réveille dans sa tente, et là, l'angoisse: Depuis, je suis moins frivole et je ne couche plus avec le premier venu, les lendemains peuvent être difficiles! Chloé, 33 ans, chargée de communication. Au bureau, j'ai rencontré un homme super sexy. Et cette fois, j'y ai pris énormément de plaisir!

Un vrai déclic, car depuis, ça ne me dégoûte plus. Emilia, 29 ans, journaliste L'échappée belle Après une grossesse sans rapport sexuel, entre mon mari et moi, c'était le calme plat. Avec un nourrisson qui ne faisait pas ses nuits, notre vie sexuelle était réduite à néant. Il faut dire que je n'avais pas vraiment la tête à ça. Parce qu'il n'en pouvait plus, mon mari a décidé de me faire une surprise: Tous seuls, tous les deux, pas de bébé à changer, pas de biberon à préparer, rien à faire.

On a vécu un véritable festival du sexe! On n'a pas quitté la chambre du week-end tant pis pour Florence, on y retournera. Et moi, j'ai retrouvé ma libido endormie depuis trop longtemps. Christine, 34 ans, comptable. Petit jeu sexuel J'étais mariée depuis 6 ans, et à l'époque, le sexe relevait plus du devoir conjugal que de l'étreinte passionnée.

J'ai accepté, et ce fut un véritable feu d'artifices sensuel. Tous mes autres sens étaient en éveil. Mon corps réagissait à la moindre caresse inattendue, du coup mon plaisir était décuplé. Ma vie de famille a pris le dessus sur ma vie de femme.

Nos conversations étaient purement amicales au départ, puis elles sont naturellement devenues plus intimes. Je pouvais tout lui raconter. Après quelques semaines d'échanges, nous avons décidé de nous rencontrer.

Finalement, cela a été tout le contraire. Avec lui, je n'avais aucun complexe, je pouvais lui faire part de tous mes désirs, rien ne le choquait. Nicole, 40 ans, assistante sociale. Tromperie révélatrice Je sortais avec mon copain depuis 9 mois quand il m'a présenté Paul, son meilleur ami. Nous sommes devenus rapidement très proches, à tel point que nous nous voyions parfois tous les deux, sans Jérôme. Après une soirée passée à discuter, à rire, on a dérapé.

On a couché ensemble, et j'ai adoré. Ce fut une nuit forte et intense, on a fait l'amour 3 fois. J'ai compris que mon mec ne me rendait pas heureuse, je l'ai quitté le lendemain. Aujourd'hui, je vis avec Paul, et je suis toujours aussi amoureuse. Charlotte, 24 ans, serveuse Amoureuse Mon déclic sexuel?

Le jour où j'ai fait l'amour avec un mec dont j'étais vraiment amoureuse. Le sexe avec des sentiments, c'est encore meilleur! Sabrina, 26 ans, libraire Rencontre sans lendemain Célibataire, alors que j'étais en pleine phase "chuis-trop-moche-personne-ne-veut-de-moi", j'ai couché avec un mec rencontré en boîte.

C'était pas une flèche, c'est vrai, mais il était mannequin et super bien foutu. J'ai pris mon pied, sans conséquence. Cette nuit a reboosté ma confiance en moi et ma bonne humeur pour les 6 mois suivants! Gaëlle, 33 ans, médecin Avec deux hommes Pour moi, les expériences sexuelles à plus de deux étaient réservées aux films pornos Lui aussi me sourit je fus surprise de le voir là.

En face du boucher un vieux d'au moins soixante dix ans qui était assit sur un fauteuil roulant me sourit ses dents étaient toutes jaunes et à coté de lui un homme d'une quarantaine d'année. Il devait être très grand, il se portait bien on peu même dire qu'il était gros, le visage rougeaud très mal rasé.

Marcel pris la parole, les gars je vous avais promis un dessert, le voilà je vous présente Monique la plus grosse salope que ma chienne de vie m'a donné a rencontrer, et vous allez voir que je vous est pas menti, tu montes sur la table et tu nous fais un strip ma salope, Bernard mets la musique et prend la caméra, je l'ai promis à son mari, l'homme d'une quarantaine ans d'année se leva pour appuyer sur le radio casette sur le buffet et prit la caméra.

La musique démarrait, j'enlevais ma veste, je montais d'abord sur une chaise puis sur la table, tout en me trémoussant j'avançais vers eux, arrivée au milieu d'eux je leur dis, c'est vrai je suis un grosse salope, une grosse pute, je suis toute à vous, vous pouvez faire ce que vous voulez de moi, mes trois trous et tout mon corps, tout en dansant j'enlevais mon caraco, des qu'ils virent mon soutien gorge, Marcel dit, enlève moi ça, fait voir tes deux mamelles à mes potes je m'exécutais en dégrafant mon soutien gorge, je pris mes seins et me mis à les palper puis je me mis à les porter à ma bouche et je suçais mes tétons, je fis glisser ma jupe à mes pieds, et je descendais tout doucement ma culotte, ils n'en pouvaient plus, ils sifflaient tout en applaudissant.

Je me remis droite avec la culotte dans la main que je fis tourner avant de l'envoyer vers Marcel. Les trois hommes valides étaient debout et me caressaient les cuisses et les fesses, alors les mecs, je vous l'avais pas dit quelle était bandante cette salope, tourne toi ma grosse que tous mes potes te vois bien, son mari la surnomme sac à foutre ça vous dit.

Je me mis a tourner sur moi-même, ils me demandèrent d'écarter les fesses, ces vieux cochons n'en pouvaient plus, bon maintenant qu'on s'est bien rinces les yeux, tu vas descendre ma grosse pute, qu'on puisse te tripoter.

Jean-Marc me tendit la main pour m'aider à descendre, des que je fus à terre, les hommes valides m'entourèrent, des mains se promenaient sur tout mon corps, des doigts s'insinuèrent dans ma chatte mon cul, et il malaxèrent mes seins, le vieux en fauteuil roulant s'avança devant moi et tendit la main, écarte tes cuisses que puisse rentrer mes doigts dans ta chatte, je m'exécutais, il fourra trois doigts sans ménagement. Ce petit jeu dura un petit moment, puis un des hommes dit et les mecs c'est quand même l'anniversaire de Marcel, il pourrait en profiter aussi, allez ma salope tu vas bien pomper, il me poussèrent vers Marcel, il était dans son fauteuil roulant et il les regardait entrain de tripoter.

Je m'apprêtais à me mettre à genoux, ils préférèrent que je me penche sur lui, donc j'étais courbée vers Marcel les deux mains prenant appuient sur les bras du fauteuil roulant, ils me firent écarter les jambes, Marcel sortie sa queue que je me mis a sucer, derrière moi ils se reliaient pour me foutre leurs doigts dans le cul et la chatte, d'autres mains me malaxaient les seins, et d'autre me pinçaient les tétons ou me les tiraient en les secouant dans tous les sens.

Je ne peux vous dire combien de doigts ont fourragé dans mon intimité, il y en avait beaucoup. Je sais que le vieux en fauteuil roulant, qui s'appelait Jean était souvent derrière moi pour me mettre ses doigts tout maigres et parcheminés dans la chatte. Pour Marcel, il bandait pour une fois très dur ça devait être l'excitation de voir ses potes joués avec moi. Qui le mettait dans cet état là!

Il haletait de plus en plus, ses potes l'encourageaient et m'encourageaient de la voix, vas y grosse pute! Pompe la sa queue, cette salope c'est un vrai aspirateur a bite, elle va lui vider les couilles, il eut un râle, et il déchargea dans ma bouche, vous allez voir les mecs elle avale ça comme du yaourt, je me relevais et entrouvrir la bouche pour leur faire voir tout le foutre, puis je l'avalais en passant ma langue sur mes lèvres.

Jean-Marc et le boucher qui s'appelait Robert et l'autre vieux valide qui se nommait Georges me mirent à genoux, et Robert me dit, on a vu que tu t'arrangeais avec une bite, fait nous voir avec trois comment tu te débrouilles, les trois queues se trouvaient très près de mon visage. Jean-Marc qui était au milieu m'enfonça sa bite dans la bouche, je branlais les deux autres, Bernard tenait la camera, j'avais l'impression de tourner un film porno, j'entendis Jean ou plutôt son fauteuil passer derrière moi, je sentis ses doigt sur mes fesses, Marcel parlait à Bernard qui rallait un peu de ne pas participer, continue de filmer pour l'instant, tu sais bien que c'est la seule condition que nous a donné son mari pour avoir cette pute pour l'après midi, mais quand les trois en auront fini avec elle, tu pourras en faire ce que tu veux, et je reprendrais la caméra pour que tu ai les mains libre.

Je les pompais et les branlais à tour de rôle, puis Robert et Jean-Marc décidèrent de me mettre leur deux queue en même temps dans la bouche, ils appelèrent Bernard pour qu'il filme en gros plan ma bouche se déformer.

Ils me tenaient la tête, et rentraient leur bite dans la bouche, j'avais les joues gonflées et la commissure des lèvres qui me tirait à me faire mal, je ne pouvais plus les sucer, ils étaient arrivés à me rentré de force leurs deux queue dans la bouche.

Ils se marraient comme des baleines, et invitaient les autres à venir voir, venez voir cette grosse chienne avec deux bites dans la gueule j'avais du mal à respirer, et ces deux porcs continuaient à m'enfoncer leurs bites au fond de la gorge. Marcel et Georges s'en rendirent compte que je m'étouffais, ils les écartèrent brutalement pour que je puisse reprendre mon souffle, Georges m'aida à me relever et me tendit un verre d'eau, Marcel me dit d'aller m'assoire pour que je puisse me remettre, Robert et Jean-marc s'excusèrent, un peu comme des petits garçons pris en faute, bon les gars, on n'est là pour s'amuser et pour profiter de Monique, si l'on allait dans la chambre, je suis sûr que vous trois vous avez plein de vigueur pour satisfaire les trois trous de notre salope.

Arrivés dans la chambre de Marcel, Georges se mit sur le lit la queue bien dressée en l'air, vient ma salope t'empaler sur ma bite j'ai très envie que tu me baise, je montais sur le lit et me mis au-dessus de lui accroupie. Il rentra sa queue dans ma chatte, je commençais à faire un mouvement de va et viens sous le regard des cinq autres. Georges me palpait les seins, assez rapidement je fus arrêtée dans mon mouvement par Jean-Marc qui se plaça derrière moi, eh Georges!

Si on se la partageait? Georges me fit un sourire désolé, et il prit mes deux fesses et les écarter, Jean-Marc me rentra sa bite dans le cul, et ils commencèrent à me défoncer la chatte et le cul en même temps, ils ne se débrouillaient pas vraiment bien, ça n'avait rien a voir avec mon maître et Patrick quand ils prenaient en double, ils avaient l'habitude et en plus ils ont de plus gros sexe, quoique Georges en à une de très belle taille.

Quand on fait une double pénétration il faut être synchro quand l'un rentre l'autre ressort comme ça les deux hommes prennent leur pied et la femme aussi, là Georges et Jean-Marc me baissaient et m'enculaient en même temps, je leur dis et ils se mirent à le faire, enfin surtout Georges et je me suis rendu compte, qu'ils avaient plus de plaisir et moi aussi.

Ça à durer un certain temps et Jean-Marc déchargea dans mon cul en même temps que j'eus un orgasme, je me mis a crier de plaisir, et Jean-Marc en était très satisfait. Il fut remplacé par Robert, il me rentra sa queue très facilement dans cul.

Georges me baisait avec beaucoup de méthode et d'application. Il me fit jouir, je me penchais vers lui et l'embrassait à pleine bouche. Je me débrouillerais à le revoir après cet après midi, je suis sûr qu'il en sera enchanté et on s'amusera bien tous les deux, je n'en parlerais pas à mon mari, je peu avoir des petits secrets non! Comme Georges est à la retraite on pourra peut être se voir dans la journée, Robert pendant ce temps là m'enculait de plus belle.

Au bout certain temps Georges jouit abondamment en moi, il se retira de dessous et me laissa à quatre pattes pour que Robert puisse me défoncer tout à son aise, puis ce fut le tour de Robert de jouir. Il avait sorti sa queue de mon cul, et me fit me retourner il se branlait un instant puis il jouit sur mes seins et mon ventre. J'avais du foutre qui coulait entre mes cuisses et sur le ventre. Ma chatte était pleine de sperme, et mon cul était très dilaté et il en coulait du foutre aussi, Marcel me dit, ma salope tu ne vas pas laisser ce bon sperme, et je sais que tu aime ça, ramasse le foutre avec ce verre et tu m'avale le tout, il me tendit un verre, et je me mis à recueillir le sperme comme je pouvais sous leur yeux qui ne perdaient pas une miette de ma récupération, je commençais par mes seins puis mes cuisses puis je passais le verre sur ma chatte plusieurs fois, je passais mes doigts entre mes fesses pour récupérer le foutre qui coulait de ma rondelle pour le mettre dans le verre, j'en avais recueilli un peu plus de la moitié du verre, ça en faisait pas mal, regardez les mecs le sac à foutre a une petite soif, aller ma grosse salope avale.

Je m'exécutais, sous les yeux de ces six vieux salauds et de la camera, quand j'eu fini Jean-Marc me dit, il en reste dans le verre avec tes doigt tu me racle le fond et tu te lèche les doigts comme une pute, je fis comme il demandait puis vidais le verre. Marcel dit, il faudrait penser à ceux qui ne sont pas passés dessus, Jean et Bernard, Bernard passa la caméra à Robert, il me dit de me mettre le cul en l'air, et la tête pendante en dehors du lit de façon à avoir la tête au niveau de l'entre jambes de Jean.

Il mit son fauteuil roulant accolé au lit, et sortit sa bite qui était très petite avec des couilles toutes dessécher, s'étais la premier fois que je devais sucer une queue aussi vieille. Je la pris dans la bouche en entier, Bernard se mit derrière moi et rentra sa queue dans ma chatte.

Sans la voir je pouvais sentir que c'était la plus grosse des six et en plus la plus longue et il commença a fourrager dans ma chatte de plus en plus vite. Bernard me secouait tellement, que je ne pouvais plus sucer Jean, il décida que je le sucerais après. Donc je me mis vraiment à quatre pattes au milieu du lit, et Bernard continuait à me baiser. Tout en me défonçant la chatte il introduisit deux doigts puis trois dans mon cul et il les faisait rentrer sans ménagement. Cela dura assez longtemps.

La plupart des hommes étaient partis dans la salle à manger pour se restaurer sauf Jean et Marcel qui regardait tout en filmant, Bernard me demanda de me retourner pour que je le suce, et la je vis son sexe vraiment, il était monté comme un âne, une queue énorme longue et grosse à la fois, il me présenta ce manche, je le pris dans la bouche, j'arrivais à peine à avaler la moitié de sa queue. Il m'attrapa la tête et commença à me baiser dans la bouche, il cognait au fond de ma gorge à chaque va et vient.

Au moment de jouir il sortit sa queue pour décharger sur mon visage. Je dus enlever le foutre avec mes doigts puis les léchés, j'avais du sperme plein les cheveux. Je n'en pouvais plus, j'avais les cuisses et les mollets qui étaient douloureux, et mes orifices qui avaient subit un traitement de choc en très peu de temps, malgré mon entraînement, j'étais assise sur le lit les jambes écartées et repliées sur moi. Marcel continuait à filmer il me demanda d'écarter ma chatte pour voir l'intérieur.

Ce que je fis et il zooma dessus, puis il rendit la caméra à Bernard. Jean dit, elle a du sperme partout cette cochonne oh! Ne t'inquiète pas elle connaît la maison elle va prendre une douche et Jean-Marc et Robert vont l'aider.

.

Mon mari n'était pas vraiment fâché, mais il n'appréciait pas que je revienne sur une de ses directives. Il me donnait un ordre et je l'exécutais et je m'en voulais d'avoir pu le contrarier et s'il décidait de me faire faire des stages en maisons de retraite, je sais bien qu'il en n'est capable, et de plus s'il me le demandait, j'irai sans discuter.

Le samedi après midi mon mari alla chez Marcel, j'étais un peu inquiète ce vieux salaud savait très bien que mon mari pourrait me punir s'il avait des reproches à faire, et en plus je suis sur que ça lui ferait plaisir de m'humilier un peu plus. Il revint une bonne heure plus tard sans rien me dire, je suis sure qu'il le faisait exprès. Il ne fallait surtout pas poser de question, de toute façon si Marcel avait eu des reproches à faire il me les aurait fait, enfin je l'espère.

Je m'occupais le reste de l'après midi pour pas trop y penser. Le soir nous sommes sortis avec des amis on est rentrés assez tard vers minuit une heure du matin. Arrivés à la maison mon mari c'est installé dans le fauteuil, m'a demandé un petit cognac puis de m'asseoir, je pense que tu a envie de savoir ce que m'a dit Marcel, je fis oui de la tête, il m'a dit deux choses, la première est que samedi prochain il veut fêter son anniversaire avec quelques amis de son âge, ils devraient être six avec Marcel, et il m'a demandé si tu pourrai participer à sa fête, il voudrait que tu arrives juste après le déjeuner comme si tu étais le cadeau pour lui et ses amis, tu te doute que j'ai accepté et je veux que tu sois l'esclave de Marcel et de ses amis, que tu sois totalement soumise à leurs envies, je veux qu'ils se r'appellent longtemps de ce jour, tu as compris?

Oui chéri j'accepterai tout même plus, et tu seras satisfait de moi pour la deuxième chose tu devrais être heureuse Marcel part le dimanche chez sa sour dans le midi, et tu ne devras plus aller faire le ménage chez lui pendant quelques temps, cela te donnera du cour à l'ouvrage pour samedi.

Non chéri pas si heureuse que ça, ma réaction était stupide je n'aurai pas dû. Je sais que ça te plait de me prêter a des vieux porcs comme Marcel, et je ne vis que pour te satisfaire. Je ne le ferais plus, tu es le maître et je suis l'esclave, et pour la fête je serais la plus grosse salope et la plus grosse pute qu'ils pourraient jamais imaginés, excuse-moi, il se pencha et m'embrassa, aller on va se coucher, tu va pouvoir t'entraîner a être une grosse pute.

La semaine se passa assez calmement, mis a part que mon mari me trouva des heures de ménage chez un couple hommes homos du village voisin qui étaient très sympathiques. Je ne suis pas retournée chez Marcel de la semaine, il me dit qu'il voulait pas que je lui vide les couilles, et avoir la forme pour samedi.

Je sus par mon mari, qu'il voulait que je fasse un strip-tease dès mon arrivée, je devais monter sur la table et me foutre à poil devant eux. Le samedi matin, je pris un bain puis je demandais à mon mari de m'aider pour choisir mes vêtements, je mis des bas noirs à résille, un porte-jarretelles noir en dentelle, et un soutien gorges à balconnets toujours noir.

Mon mari me fit passer une culotte noire très fine par-dessus le porte-jarretelles. Je mis une jupe longue noire et fendue et un caraco rouge sang, il me fit mettre un collier noir qui faisait penser à un collier de chien ou plutôt pour moi un collier de chienne.

Je mangeais un morceau léger vers midi je voulais être en forme car l'après-midi devrait être longue et je voulais absolument satisfaire mon mari, il m'avait dit qu'un des gars aurait une caméra numérique et il pourra assisté à ma performance après. Vers quatorze heure trente le téléphone sonna, mon mari prit, en raccrochant il me dit, ils attendent leur désert, a toi de jouer. Arrivée chez Marcel, j'ouvris la porte avec ma clef, la table avait été mise au milieu de la salle à manger, Marcel trônait en bout de table assis dans son fauteuil roulant, à sa droite Jean-Marc, ce vieux dégueulasse qui adorait m'essuyer après que j'ai été piser.

A sa gauche un vieux qui avait plus de soixante ans qui me sourit, à coté de Jean-Marc un homme d'une cinquantaine d'année bien tassée qui était le boucher de mon village. Lui aussi me sourit je fus surprise de le voir là. En face du boucher un vieux d'au moins soixante dix ans qui était assit sur un fauteuil roulant me sourit ses dents étaient toutes jaunes et à coté de lui un homme d'une quarantaine d'année. Il devait être très grand, il se portait bien on peu même dire qu'il était gros, le visage rougeaud très mal rasé.

Marcel pris la parole, les gars je vous avais promis un dessert, le voilà je vous présente Monique la plus grosse salope que ma chienne de vie m'a donné a rencontrer, et vous allez voir que je vous est pas menti, tu montes sur la table et tu nous fais un strip ma salope, Bernard mets la musique et prend la caméra, je l'ai promis à son mari, l'homme d'une quarantaine ans d'année se leva pour appuyer sur le radio casette sur le buffet et prit la caméra.

La musique démarrait, j'enlevais ma veste, je montais d'abord sur une chaise puis sur la table, tout en me trémoussant j'avançais vers eux, arrivée au milieu d'eux je leur dis, c'est vrai je suis un grosse salope, une grosse pute, je suis toute à vous, vous pouvez faire ce que vous voulez de moi, mes trois trous et tout mon corps, tout en dansant j'enlevais mon caraco, des qu'ils virent mon soutien gorge, Marcel dit, enlève moi ça, fait voir tes deux mamelles à mes potes je m'exécutais en dégrafant mon soutien gorge, je pris mes seins et me mis à les palper puis je me mis à les porter à ma bouche et je suçais mes tétons, je fis glisser ma jupe à mes pieds, et je descendais tout doucement ma culotte, ils n'en pouvaient plus, ils sifflaient tout en applaudissant.

Je me remis droite avec la culotte dans la main que je fis tourner avant de l'envoyer vers Marcel. Les trois hommes valides étaient debout et me caressaient les cuisses et les fesses, alors les mecs, je vous l'avais pas dit quelle était bandante cette salope, tourne toi ma grosse que tous mes potes te vois bien, son mari la surnomme sac à foutre ça vous dit. Je me mis a tourner sur moi-même, ils me demandèrent d'écarter les fesses, ces vieux cochons n'en pouvaient plus, bon maintenant qu'on s'est bien rinces les yeux, tu vas descendre ma grosse pute, qu'on puisse te tripoter.

Jean-Marc me tendit la main pour m'aider à descendre, des que je fus à terre, les hommes valides m'entourèrent, des mains se promenaient sur tout mon corps, des doigts s'insinuèrent dans ma chatte mon cul, et il malaxèrent mes seins, le vieux en fauteuil roulant s'avança devant moi et tendit la main, écarte tes cuisses que puisse rentrer mes doigts dans ta chatte, je m'exécutais, il fourra trois doigts sans ménagement.

Ce petit jeu dura un petit moment, puis un des hommes dit et les mecs c'est quand même l'anniversaire de Marcel, il pourrait en profiter aussi, allez ma salope tu vas bien pomper, il me poussèrent vers Marcel, il était dans son fauteuil roulant et il les regardait entrain de tripoter.

Je m'apprêtais à me mettre à genoux, ils préférèrent que je me penche sur lui, donc j'étais courbée vers Marcel les deux mains prenant appuient sur les bras du fauteuil roulant, ils me firent écarter les jambes, Marcel sortie sa queue que je me mis a sucer, derrière moi ils se reliaient pour me foutre leurs doigts dans le cul et la chatte, d'autres mains me malaxaient les seins, et d'autre me pinçaient les tétons ou me les tiraient en les secouant dans tous les sens.

Je ne peux vous dire combien de doigts ont fourragé dans mon intimité, il y en avait beaucoup. Je sais que le vieux en fauteuil roulant, qui s'appelait Jean était souvent derrière moi pour me mettre ses doigts tout maigres et parcheminés dans la chatte. Pour Marcel, il bandait pour une fois très dur ça devait être l'excitation de voir ses potes joués avec moi. Qui le mettait dans cet état là!

Il haletait de plus en plus, ses potes l'encourageaient et m'encourageaient de la voix, vas y grosse pute! Pompe la sa queue, cette salope c'est un vrai aspirateur a bite, elle va lui vider les couilles, il eut un râle, et il déchargea dans ma bouche, vous allez voir les mecs elle avale ça comme du yaourt, je me relevais et entrouvrir la bouche pour leur faire voir tout le foutre, puis je l'avalais en passant ma langue sur mes lèvres.

Jean-Marc et le boucher qui s'appelait Robert et l'autre vieux valide qui se nommait Georges me mirent à genoux, et Robert me dit, on a vu que tu t'arrangeais avec une bite, fait nous voir avec trois comment tu te débrouilles, les trois queues se trouvaient très près de mon visage. Jean-Marc qui était au milieu m'enfonça sa bite dans la bouche, je branlais les deux autres, Bernard tenait la camera, j'avais l'impression de tourner un film porno, j'entendis Jean ou plutôt son fauteuil passer derrière moi, je sentis ses doigt sur mes fesses, Marcel parlait à Bernard qui rallait un peu de ne pas participer, continue de filmer pour l'instant, tu sais bien que c'est la seule condition que nous a donné son mari pour avoir cette pute pour l'après midi, mais quand les trois en auront fini avec elle, tu pourras en faire ce que tu veux, et je reprendrais la caméra pour que tu ai les mains libre.

Je les pompais et les branlais à tour de rôle, puis Robert et Jean-Marc décidèrent de me mettre leur deux queue en même temps dans la bouche, ils appelèrent Bernard pour qu'il filme en gros plan ma bouche se déformer.

Ils me tenaient la tête, et rentraient leur bite dans la bouche, j'avais les joues gonflées et la commissure des lèvres qui me tirait à me faire mal, je ne pouvais plus les sucer, ils étaient arrivés à me rentré de force leurs deux queue dans la bouche.

Ils se marraient comme des baleines, et invitaient les autres à venir voir, venez voir cette grosse chienne avec deux bites dans la gueule j'avais du mal à respirer, et ces deux porcs continuaient à m'enfoncer leurs bites au fond de la gorge.

Marcel et Georges s'en rendirent compte que je m'étouffais, ils les écartèrent brutalement pour que je puisse reprendre mon souffle, Georges m'aida à me relever et me tendit un verre d'eau, Marcel me dit d'aller m'assoire pour que je puisse me remettre, Robert et Jean-marc s'excusèrent, un peu comme des petits garçons pris en faute, bon les gars, on n'est là pour s'amuser et pour profiter de Monique, si l'on allait dans la chambre, je suis sûr que vous trois vous avez plein de vigueur pour satisfaire les trois trous de notre salope.

Arrivés dans la chambre de Marcel, Georges se mit sur le lit la queue bien dressée en l'air, vient ma salope t'empaler sur ma bite j'ai très envie que tu me baise, je montais sur le lit et me mis au-dessus de lui accroupie. Il rentra sa queue dans ma chatte, je commençais à faire un mouvement de va et viens sous le regard des cinq autres. Georges me palpait les seins, assez rapidement je fus arrêtée dans mon mouvement par Jean-Marc qui se plaça derrière moi, eh Georges!

Si on se la partageait? Georges me fit un sourire désolé, et il prit mes deux fesses et les écarter, Jean-Marc me rentra sa bite dans le cul, et ils commencèrent à me défoncer la chatte et le cul en même temps, ils ne se débrouillaient pas vraiment bien, ça n'avait rien a voir avec mon maître et Patrick quand ils prenaient en double, ils avaient l'habitude et en plus ils ont de plus gros sexe, quoique Georges en à une de très belle taille.

Quand on fait une double pénétration il faut être synchro quand l'un rentre l'autre ressort comme ça les deux hommes prennent leur pied et la femme aussi, là Georges et Jean-Marc me baissaient et m'enculaient en même temps, je leur dis et ils se mirent à le faire, enfin surtout Georges et je me suis rendu compte, qu'ils avaient plus de plaisir et moi aussi. Ça à durer un certain temps et Jean-Marc déchargea dans mon cul en même temps que j'eus un orgasme, je me mis a crier de plaisir, et Jean-Marc en était très satisfait.

Il fut remplacé par Robert, il me rentra sa queue très facilement dans cul. Georges me baisait avec beaucoup de méthode et d'application. Il me fit jouir, je me penchais vers lui et l'embrassait à pleine bouche.

Je me débrouillerais à le revoir après cet après midi, je suis sûr qu'il en sera enchanté et on s'amusera bien tous les deux, je n'en parlerais pas à mon mari, je peu avoir des petits secrets non! Comme Georges est à la retraite on pourra peut être se voir dans la journée, Robert pendant ce temps là m'enculait de plus belle.

Et cette fois, j'y ai pris énormément de plaisir! Un vrai déclic, car depuis, ça ne me dégoûte plus. Emilia, 29 ans, journaliste L'échappée belle Après une grossesse sans rapport sexuel, entre mon mari et moi, c'était le calme plat. Avec un nourrisson qui ne faisait pas ses nuits, notre vie sexuelle était réduite à néant.

Il faut dire que je n'avais pas vraiment la tête à ça. Parce qu'il n'en pouvait plus, mon mari a décidé de me faire une surprise: Tous seuls, tous les deux, pas de bébé à changer, pas de biberon à préparer, rien à faire. On a vécu un véritable festival du sexe! On n'a pas quitté la chambre du week-end tant pis pour Florence, on y retournera. Et moi, j'ai retrouvé ma libido endormie depuis trop longtemps. Christine, 34 ans, comptable. Petit jeu sexuel J'étais mariée depuis 6 ans, et à l'époque, le sexe relevait plus du devoir conjugal que de l'étreinte passionnée.

J'ai accepté, et ce fut un véritable feu d'artifices sensuel. Tous mes autres sens étaient en éveil. Mon corps réagissait à la moindre caresse inattendue, du coup mon plaisir était décuplé. Ma vie de famille a pris le dessus sur ma vie de femme.

Nos conversations étaient purement amicales au départ, puis elles sont naturellement devenues plus intimes. Je pouvais tout lui raconter. Après quelques semaines d'échanges, nous avons décidé de nous rencontrer. Finalement, cela a été tout le contraire. Avec lui, je n'avais aucun complexe, je pouvais lui faire part de tous mes désirs, rien ne le choquait. Nicole, 40 ans, assistante sociale. Tromperie révélatrice Je sortais avec mon copain depuis 9 mois quand il m'a présenté Paul, son meilleur ami.

Nous sommes devenus rapidement très proches, à tel point que nous nous voyions parfois tous les deux, sans Jérôme. Après une soirée passée à discuter, à rire, on a dérapé. On a couché ensemble, et j'ai adoré. Ce fut une nuit forte et intense, on a fait l'amour 3 fois. J'ai compris que mon mec ne me rendait pas heureuse, je l'ai quitté le lendemain.

Aujourd'hui, je vis avec Paul, et je suis toujours aussi amoureuse. Charlotte, 24 ans, serveuse Amoureuse Mon déclic sexuel? Le jour où j'ai fait l'amour avec un mec dont j'étais vraiment amoureuse. Le sexe avec des sentiments, c'est encore meilleur! Sabrina, 26 ans, libraire Rencontre sans lendemain Célibataire, alors que j'étais en pleine phase "chuis-trop-moche-personne-ne-veut-de-moi", j'ai couché avec un mec rencontré en boîte.

C'était pas une flèche, c'est vrai, mais il était mannequin et super bien foutu. J'ai pris mon pied, sans conséquence.

Cette nuit a reboosté ma confiance en moi et ma bonne humeur pour les 6 mois suivants! Gaëlle, 33 ans, médecin Avec deux hommes Pour moi, les expériences sexuelles à plus de deux étaient réservées aux films pornos A l'époque, j'étais célibataire.

Un de mes ex avec qui j'étais restée amie m'invite à boire un verre et me présente à un de ses copains, plutôt beau gosse.

Nous passons la soirée tous les 3, et comme on s'entend bien, je leur propose de finir la soirée à la maison. J'avoue ne pas avoir prémédité ce qui s'est passé ensuite mais j'en garde un très bon souvenir. Quelle nana n'a pas fantasmé d'avoir deux beaux mecs en même temps!

Je n'ai pas réitéré l'expérience mais je la conseille Céline, 30 ans, esthéticienne. Un nouveau plaisir Quand j'ai rencontré mon ami actuel, j'avais été mariée pendant 8 ans. J'avais toujours refusé la sodomie à mon ex-mari, je trouvais ça dégradant et puis surtout douloureux! Là, c'est venu naturellement, je me suis laissée aller en toute confiance et nous avons partagé ensemble un moment intense, un plaisir nouveau pour moi! Comment ai-je pu me priver pendant tant d'années? Sans doute que le partenaire joue un rôle important Je ne jouissais que pendant les préliminaires , quand on stimulait mon clitoris.

Et là, ça a été le déclic! En fait, je venais de découvrir mon point G. Ju stine, 28 ans, prof de maths Attendre pour prolonger le désir Pour notre 3e rencard, j'avais invité Guillaume à dîner chez moi, et je comptais bien poursuivre la soirée au lit. Sauf que quand j'ai commencé à le déshabiller, il m'a arrêtée: Pourtant, je trouvais qu'il se passait un truc entre nous, il me plaisait vraiment!

On a continué à se voir: J'avais envie de lui, c'était dingue. Et je sentais bien que lui aussi crevait de désir. C'était à la fois frustrant et super excitant. On a vécu une relation passionnée, très intense, à moitié platonique, super romantique. Au bout de 6 mois, on s'est séparés, pas uniquement à cause de son voeu de chasteté.





Sexe entre amie sexe francais

  • Recits de sexe sexe degeulasse
  • Jeux de sexe gratuit sexe amateur
  • Recits de sexe sexe degeulasse
  • Cash sexe teen sex casual
  • Comment vas tu Laurent?





Bombe sexuelle robot sexe


Ce fut une nuit forte et intense, on a fait l'amour 3 fois. J'ai compris que mon mec ne me rendait pas heureuse, je l'ai quitté le lendemain. Aujourd'hui, je vis avec Paul, et je suis toujours aussi amoureuse.

Charlotte, 24 ans, serveuse Amoureuse Mon déclic sexuel? Le jour où j'ai fait l'amour avec un mec dont j'étais vraiment amoureuse. Le sexe avec des sentiments, c'est encore meilleur! Sabrina, 26 ans, libraire Rencontre sans lendemain Célibataire, alors que j'étais en pleine phase "chuis-trop-moche-personne-ne-veut-de-moi", j'ai couché avec un mec rencontré en boîte. C'était pas une flèche, c'est vrai, mais il était mannequin et super bien foutu.

J'ai pris mon pied, sans conséquence. Cette nuit a reboosté ma confiance en moi et ma bonne humeur pour les 6 mois suivants! Gaëlle, 33 ans, médecin Avec deux hommes Pour moi, les expériences sexuelles à plus de deux étaient réservées aux films pornos A l'époque, j'étais célibataire. Un de mes ex avec qui j'étais restée amie m'invite à boire un verre et me présente à un de ses copains, plutôt beau gosse. Nous passons la soirée tous les 3, et comme on s'entend bien, je leur propose de finir la soirée à la maison.

J'avoue ne pas avoir prémédité ce qui s'est passé ensuite mais j'en garde un très bon souvenir. Quelle nana n'a pas fantasmé d'avoir deux beaux mecs en même temps! Je n'ai pas réitéré l'expérience mais je la conseille Céline, 30 ans, esthéticienne. Un nouveau plaisir Quand j'ai rencontré mon ami actuel, j'avais été mariée pendant 8 ans.

J'avais toujours refusé la sodomie à mon ex-mari, je trouvais ça dégradant et puis surtout douloureux! Là, c'est venu naturellement, je me suis laissée aller en toute confiance et nous avons partagé ensemble un moment intense, un plaisir nouveau pour moi! Comment ai-je pu me priver pendant tant d'années? Sans doute que le partenaire joue un rôle important Je ne jouissais que pendant les préliminaires , quand on stimulait mon clitoris.

Et là, ça a été le déclic! En fait, je venais de découvrir mon point G. Ju stine, 28 ans, prof de maths Attendre pour prolonger le désir Pour notre 3e rencard, j'avais invité Guillaume à dîner chez moi, et je comptais bien poursuivre la soirée au lit. Sauf que quand j'ai commencé à le déshabiller, il m'a arrêtée: Pourtant, je trouvais qu'il se passait un truc entre nous, il me plaisait vraiment!

On a continué à se voir: J'avais envie de lui, c'était dingue. Et je sentais bien que lui aussi crevait de désir. C'était à la fois frustrant et super excitant. On a vécu une relation passionnée, très intense, à moitié platonique, super romantique.

Au bout de 6 mois, on s'est séparés, pas uniquement à cause de son voeu de chasteté. Mais je ne regrette pas notre histoire, elle m'a fait comprendre que faire monter le désir et repousser l'échéance peut être parfois aussi bon qu'un câlin. Depuis, j'essaye de ne pas me donner tout de suite, c'est encore meilleur quand on passe à l'acte. Camille, 28 ans, infirmière. Essayer un sex-toy Un site de ventes privées en ligne sur lequel j'achetais généralement mes sous-vêtements a organisé une vente pour une marque de sex-toys: Je n'avais jamais osé franchir le seuil d'un sex-shop, c'était l'occasion ou jamais d'acheter un vibro!

Je rentrais chez moi, il me fit promettre d'en parlé à mon maître. Le soir même au dîner, je dis à mon mari, chérie, Marcel aimerait te voir et j'ai l'impression que c'est urgent, d'ailleurs je voulais te parler de lui si tu le veux bien je passerais le voir ce week-end, tu veux me dire quoi sur lui, et bien ne le prend pas mal, mais ça fait quatre mois que je fais le ménage chez lui et que je lui passe ses envies à lui et à son pote Jean-marc.

Je reconnais qu'au début j'ai pris du plaisir, mais maintenant c'est un peu répétitif, quand tu couches avec moi et Patrick tu trouves ça répétitif? Je lui fit non de la tête, Alors tu vois, je crois plutôt que ton problème c'est qu'ils sont vieux l'un comme l'autre, et ça te dégoûte et t'humilie de faire les quatre volontés de Marcel et de son pote. Et c'est d'ailleurs pour ça que tu continueras à les satisfaire, et si quand j'irais voir Marcel il a des reproche à me faire à ton sujet, je te jure que tu feras plusieurs stages dans des maisons de retraite de ma connaissance et la tu n'auras pas que deux vieux a satisfaire, tu as bien compris, oui chéri, tu sais bien que je ferais tout pour te plaire.

Mon mari n'était pas vraiment fâché, mais il n'appréciait pas que je revienne sur une de ses directives. Il me donnait un ordre et je l'exécutais et je m'en voulais d'avoir pu le contrarier et s'il décidait de me faire faire des stages en maisons de retraite, je sais bien qu'il en n'est capable, et de plus s'il me le demandait, j'irai sans discuter. Le samedi après midi mon mari alla chez Marcel, j'étais un peu inquiète ce vieux salaud savait très bien que mon mari pourrait me punir s'il avait des reproches à faire, et en plus je suis sur que ça lui ferait plaisir de m'humilier un peu plus.

Il revint une bonne heure plus tard sans rien me dire, je suis sure qu'il le faisait exprès. Il ne fallait surtout pas poser de question, de toute façon si Marcel avait eu des reproches à faire il me les aurait fait, enfin je l'espère.

Je m'occupais le reste de l'après midi pour pas trop y penser. Le soir nous sommes sortis avec des amis on est rentrés assez tard vers minuit une heure du matin. Arrivés à la maison mon mari c'est installé dans le fauteuil, m'a demandé un petit cognac puis de m'asseoir, je pense que tu a envie de savoir ce que m'a dit Marcel, je fis oui de la tête, il m'a dit deux choses, la première est que samedi prochain il veut fêter son anniversaire avec quelques amis de son âge, ils devraient être six avec Marcel, et il m'a demandé si tu pourrai participer à sa fête, il voudrait que tu arrives juste après le déjeuner comme si tu étais le cadeau pour lui et ses amis, tu te doute que j'ai accepté et je veux que tu sois l'esclave de Marcel et de ses amis, que tu sois totalement soumise à leurs envies, je veux qu'ils se r'appellent longtemps de ce jour, tu as compris?

Oui chéri j'accepterai tout même plus, et tu seras satisfait de moi pour la deuxième chose tu devrais être heureuse Marcel part le dimanche chez sa sour dans le midi, et tu ne devras plus aller faire le ménage chez lui pendant quelques temps, cela te donnera du cour à l'ouvrage pour samedi. Non chéri pas si heureuse que ça, ma réaction était stupide je n'aurai pas dû.

Je sais que ça te plait de me prêter a des vieux porcs comme Marcel, et je ne vis que pour te satisfaire. Je ne le ferais plus, tu es le maître et je suis l'esclave, et pour la fête je serais la plus grosse salope et la plus grosse pute qu'ils pourraient jamais imaginés, excuse-moi, il se pencha et m'embrassa, aller on va se coucher, tu va pouvoir t'entraîner a être une grosse pute. La semaine se passa assez calmement, mis a part que mon mari me trouva des heures de ménage chez un couple hommes homos du village voisin qui étaient très sympathiques.

Je ne suis pas retournée chez Marcel de la semaine, il me dit qu'il voulait pas que je lui vide les couilles, et avoir la forme pour samedi. Je sus par mon mari, qu'il voulait que je fasse un strip-tease dès mon arrivée, je devais monter sur la table et me foutre à poil devant eux. Le samedi matin, je pris un bain puis je demandais à mon mari de m'aider pour choisir mes vêtements, je mis des bas noirs à résille, un porte-jarretelles noir en dentelle, et un soutien gorges à balconnets toujours noir.

Mon mari me fit passer une culotte noire très fine par-dessus le porte-jarretelles. Je mis une jupe longue noire et fendue et un caraco rouge sang, il me fit mettre un collier noir qui faisait penser à un collier de chien ou plutôt pour moi un collier de chienne. Je mangeais un morceau léger vers midi je voulais être en forme car l'après-midi devrait être longue et je voulais absolument satisfaire mon mari, il m'avait dit qu'un des gars aurait une caméra numérique et il pourra assisté à ma performance après.

Vers quatorze heure trente le téléphone sonna, mon mari prit, en raccrochant il me dit, ils attendent leur désert, a toi de jouer. Arrivée chez Marcel, j'ouvris la porte avec ma clef, la table avait été mise au milieu de la salle à manger, Marcel trônait en bout de table assis dans son fauteuil roulant, à sa droite Jean-Marc, ce vieux dégueulasse qui adorait m'essuyer après que j'ai été piser.

A sa gauche un vieux qui avait plus de soixante ans qui me sourit, à coté de Jean-Marc un homme d'une cinquantaine d'année bien tassée qui était le boucher de mon village. Lui aussi me sourit je fus surprise de le voir là. En face du boucher un vieux d'au moins soixante dix ans qui était assit sur un fauteuil roulant me sourit ses dents étaient toutes jaunes et à coté de lui un homme d'une quarantaine d'année. Il devait être très grand, il se portait bien on peu même dire qu'il était gros, le visage rougeaud très mal rasé.

Marcel pris la parole, les gars je vous avais promis un dessert, le voilà je vous présente Monique la plus grosse salope que ma chienne de vie m'a donné a rencontrer, et vous allez voir que je vous est pas menti, tu montes sur la table et tu nous fais un strip ma salope, Bernard mets la musique et prend la caméra, je l'ai promis à son mari, l'homme d'une quarantaine ans d'année se leva pour appuyer sur le radio casette sur le buffet et prit la caméra.

La musique démarrait, j'enlevais ma veste, je montais d'abord sur une chaise puis sur la table, tout en me trémoussant j'avançais vers eux, arrivée au milieu d'eux je leur dis, c'est vrai je suis un grosse salope, une grosse pute, je suis toute à vous, vous pouvez faire ce que vous voulez de moi, mes trois trous et tout mon corps, tout en dansant j'enlevais mon caraco, des qu'ils virent mon soutien gorge, Marcel dit, enlève moi ça, fait voir tes deux mamelles à mes potes je m'exécutais en dégrafant mon soutien gorge, je pris mes seins et me mis à les palper puis je me mis à les porter à ma bouche et je suçais mes tétons, je fis glisser ma jupe à mes pieds, et je descendais tout doucement ma culotte, ils n'en pouvaient plus, ils sifflaient tout en applaudissant.

Je me remis droite avec la culotte dans la main que je fis tourner avant de l'envoyer vers Marcel. Les trois hommes valides étaient debout et me caressaient les cuisses et les fesses, alors les mecs, je vous l'avais pas dit quelle était bandante cette salope, tourne toi ma grosse que tous mes potes te vois bien, son mari la surnomme sac à foutre ça vous dit.

Je me mis a tourner sur moi-même, ils me demandèrent d'écarter les fesses, ces vieux cochons n'en pouvaient plus, bon maintenant qu'on s'est bien rinces les yeux, tu vas descendre ma grosse pute, qu'on puisse te tripoter. Jean-Marc me tendit la main pour m'aider à descendre, des que je fus à terre, les hommes valides m'entourèrent, des mains se promenaient sur tout mon corps, des doigts s'insinuèrent dans ma chatte mon cul, et il malaxèrent mes seins, le vieux en fauteuil roulant s'avança devant moi et tendit la main, écarte tes cuisses que puisse rentrer mes doigts dans ta chatte, je m'exécutais, il fourra trois doigts sans ménagement.

Ce petit jeu dura un petit moment, puis un des hommes dit et les mecs c'est quand même l'anniversaire de Marcel, il pourrait en profiter aussi, allez ma salope tu vas bien pomper, il me poussèrent vers Marcel, il était dans son fauteuil roulant et il les regardait entrain de tripoter. Je m'apprêtais à me mettre à genoux, ils préférèrent que je me penche sur lui, donc j'étais courbée vers Marcel les deux mains prenant appuient sur les bras du fauteuil roulant, ils me firent écarter les jambes, Marcel sortie sa queue que je me mis a sucer, derrière moi ils se reliaient pour me foutre leurs doigts dans le cul et la chatte, d'autres mains me malaxaient les seins, et d'autre me pinçaient les tétons ou me les tiraient en les secouant dans tous les sens.

Je monte sur elle, me glisse dans son ventre en fourrant mon nez sous son aisselle. Je peux plus, elle le sent, son sexe se contracte et je me répand longuement, fou de son odeur et de son corps. Lovée contre moi elle murmure: Nous prenons une douche puis nous nous installons près du feu et, sans concertation, chantons de vieilles chansons.

Il est tellement nuit, je ferme les volets puis propose à ma Douce un instant sous les étoiles. Je devine un hérisson qui vient croquer je ne sais quoi.

Une chouette hulule au bois voisin. Ma chérie est ouverte face à la cachette de notre voyeur, son sexe a englouti le mien et elle bouge lentement. Je fais le tour et me contorsionne pour que la vue sur notre union soit visible.

La discussion glisse sur la fidélité dans le couple. Réfléchi, Tu jures fidélité et tu trouves une occase? Dans le fond, le coup de canif sera inéluctable? Alors comment tu peux interdire à ta compagne de donner des coups de canif dans le contrat?

recits de sexe sexe degeulasse

Sexe dans un magasin video sexe romantique


recits de sexe sexe degeulasse